Mélenchon a-t-il le droit de lancer sa chaine de TV ?

News



Entre Jean-Luc Mélenchon et les médias, atteindrait-on le point de rupture ? “Je remercie les médias. Leur affection est toujours mortelle, leur haine me donne une chance”, confesse le leader de La France insoumise dans une longue interview donnée à Marianne, en date du 15 septembre. Une rupture qui aboutirait sur ce projet de lancer une chaîne de télévision 100 % LFI, d’ores et déjà sur les rails d’après Quotidien. Mais si le député des Bouches-du-Rhône caracole en tête des audiences sur YouTube, les téléspectateurs plus habitués à la petite lucarne qu’au web vont devoir faire preuve de patience.

“Créer nos propres médias nous intéresse”

La semaine dernière, La France insoumise, par le biais de l’un de ses députés Eric Coquerel, a émis le souhait de créer leur propre chaîne de télévision, lors d’une conférence de presse : “Créer nos propres médias nous intéresse. […] C’est une volonté affichée depuis longtemps de mener une bataille culturelle.” Le même Coquerel poursuit : “Il y a des journalistes qui font un travail de militant et des militants qui font un travail de journaliste.” 

D’après Quotidien, on pourrait retrouver dans ce projet des “reportages créés et montés par de ‘vrais journalistes’ sur des thèmes aussi variés que l’économie, le social et la culture à travers notamment le rap et les jeux vidéos.” Selon l’émission de TMC, la chaîne pourrait être lancée avant la fin de l’année. Des rumeurs qui s’appuient sur une tweet du directeur de la rédaction de Télé 7 jours, Thierry Moreau :

Pourtant, il suffit de jeter un œil aux règlement du Conseil supérieur de l’audiovisuel pour s’apercevoir que la tâche semble plus compliquée que prévue pour la France insoumise. “La loi du 1er août 2000 a introduit dans la loi du 30 septembre 1986 modifiée les dispositions juridiques relatives au déploiement de la TNT. Est confié au CSA, la mission de procéder à l’autorisation d’usage de la ressource radioélectrique aux éditeurs publics comme privés de la TNT (…)“, peut-on lire dans la procédure d’autorisation de diffusion.

Aucune nouvelle chaîne avant le 20 mars 2018

De nouveaux canaux sont distribués par le CSA au gré des disponibilités. Comme lors de n’importe quelle marché public, il y a un appel à candidature auquel les intéressés doivent se soumettre. D’après le site du CSA, “après le lancement de l’appel, les candidats disposent d’un délai, généralement de deux ou trois mois, pour constituer leurs dossiers de candidatures“. Après étude, le CSA arrête une liste de candidats recevables. Dans ces conditions, même dans le meilleur des cas, il semble donc difficile de voir une chaîne estampillée LFI apparaître sur votre programme TV habituel d’ici la fin de l’année 2017.

Le dernier appel à candidature en date sur le site du CSA, ouvert le 14 juin 2017 “porte sur sur la part de ressource radioélectrique qui sera disponible, à compter du 20 mars 2018, en Île-de-France.” Les dossiers complets ont dû être déposés avant le 24 juillet 2017 sous peine d’irrecevabilité.

En outre, pour être recevable, plusieurs conditions sont à respecter par l’émetteur (ici La France insoumise). A commencer par “la sauvegarde du pluralisme des courants d’expression socioculturels“. Comme l’explique Christine Kelly, ancienne membre du CSA au JDD : “Le CSA est garant de la pluralité politique et ne tolère donc pas qu’une chaîne soit ostensible pour tel ou tel parti. Il demande à ce que chaque chaîne de télé respecte un temps de parole pour chaque parti politique.” 

Une web-TV La France insoumise sur le modèle de Sarko-TV ?

Il existe une possibilité toutefois pour le parti de Jean-Luc Mélenchon, de “s’affranchir” de ce cadre légal, en passant en quelque sorte sous le “radar” du gendarme de l’audiovisuel. Il suffit pour cela de consulter le “Régime juridique applicable aux chaînes de télévision, en dehors de la TNT”. Il s’agirait donc d’une web TV, diffusée sur d’autres fréquences que celles assignées par le CSA (câble, satellite, ADSL, internet, téléphonie, etc.). Toutefois, il faudrait que le budget annuel de ladite chaîne soit inférieur à 150 000 € pour qu’elle soit dispensée de respecter les conventions de la CSA et ne soit soumise qu’au régime dit “déclaratif”. Ce qui ne l’exonère toutefois pas du respect des règles de pluralisme.

Encore une fois, l’hypothèse semble étrange lorsque l’on additionne les audiences des chaînes YouTube de Jean-Luc Mélenchon (369 000 au moment de la rédaction de cet article) et de La France insoumise (32 000). S’ils décident de franchir cette étape, ils ne feront que prendre la suite de l’initiative de Nicolas Sarkozy qui, en 2007, avait lancé sa web-TV, baptisée NSTV, qui employait une dizaines de personnes à temps plein, selon le JDD. Qui s’en souvient ?



Source : http://www.lesinrocks.com/2017/09/18/actualite/medias-actualite/melenchon-t-il-le-droit-de-lancer-sa-chaine-de-tv-11986659/

Auteur :

Date de parution : 18 September 2017 | 11:28 am