VIDÉO - "On n'est pas couché" : Dupond-Moretti dénonce la "violence incroyable" d'Angot

News



Virginie Calmels, assise sur le fauteuil situé devant Laurent Ruquier, s'est trouvée sous un feu nourri de critiques, samedi 10 mars sur le plateau d'On n'est pas couché. Mais la vice-présidente déléguée des Républicains a pu compter sur un soutien de poids. Prise à partie par Christine Angot, l'ancienne vice-présidente de Bordeaux a en effet été défendue avec brio par l'avocat Éric Dupond-Moretti, déformation professionnelle oblige.

Dénonçant "le milieu social assez homogène" dans lequel évolue Virginie Calmels, la chroniqueuse s'est lancée dans l'énumération des compagnons de l'élue. Actuellement fiancée à Jérôme Chartier, homme fort de la campagne de François Fillon, la native de Talence (Gironde) a également partagé la vie de Christian Blanc, ancien PDG d'Air France, et de François-David Cravenne, conseiller en communication de Brice Hortefeux.


"On n'est pas au tribunal ici !"


Une atteinte à la vie privée qui a fait bondir le ténor, également invité sur le plateau. "C'est d'une violence incroyable, madame", a en effet tempêté l'avocat sous un tonnerre d'applaudissements. Et de poursuivre : "Que vous alliez exposer publiquement un passé sentimental dont, peut-être, madame n'a pas envie de parler, c'est aller très loin. On n'est pas au tribunal ici !".

Face aux justifications de Christine Angot, assurant ne pas être journaliste et faire part de son simple ressenti après avoir lu l'ouvrage de Virginie Calmels (J'assume, aux éditions L'Observatoire), la terreur des prétoires ne s'est pas démontée. "Pardonnez-moi de vous le dire, mais on est ici dans une émission qui est aussi une émission de divertissement. Or ça plombe le truc depuis tout à l'heure", a lâché l'homme de loi, faisant rire un public acquis à sa cause.


"Je sais qui je prendrai comme avocat"


"Vous êtes très agressif", a rétorqué Christine Angot, s'attirant les huées des spectateurs, avant de siffler : "Je ne suis pas une journaliste, vous n'avez pas à m'interrompre comme une journaliste". Lorsque la chroniqueuse s'est offusquée de se voir appelée "madame" par son contradicteur, ce dernier a aussitôt interrogé : "Mais comment voulez-vous que je vous appelle ?". Et de s'entendre répondre : "Je ne sais pas, je voudrais que vous me lâchiez".

Et Éric Dupond-Moretti de souhaiter que cette séquence ne soit pas "coupée au montage" afin que les téléspectateurs puissent se faire une idée de la joute verbale qui l'a opposée à la chroniqueuse. Sans doute une allusion aux récents tweets de Laurent Baffie, dans lesquels il disait regretter qu'un vif échange qu'il avait eu avec la chroniqueuse, le 10 février sur le plateau de Laurent Ruquier, n'ait pas été diffusé.

Après une dernière passe d'armes entre Viginie Calmels et Christine Angot, Yann Moix  a renoncé à poser une dernière question à l'invitée, estimant qu'elle "avait bien méritée son repose". L'élue s’est exécutée, sans oublier de serrer la main à son défenseur du soir : "Je sais qui je prendrai comme avocat", lui a-t-elle soufflé avant de quitter le plateau.


La rédaction vous recommande

  • "On n'est pas couché" : Olivier Besancenot appelle à éviter "le poison de la division"
  • "On n'est pas couché" : Angot inquiète du succès annoncé des Mémoires de Le Pen
  • "On n'est pas couché" : Amir n'est "absolument pas d'accord" avec les propos de Mennel
  • VIDÉO - "On n'est pas couché" : Adrien Quatennens et Gaspard Koenig s'étrillent sur le plateau




Source : http://www.rtl.fr/actu/politique/video-on-n-est-pas-couche-dupont-morretti-denonce-la-violence-incroyable-d-angot-7792572681
Auteur : La rédaction numérique de RTL
Date de parution : 11 March 2018 | 2:42 am