Steve Bannon a volé la vedette à Marine Le Pen au Congrès de Lille, selon le “New York Times”

Steve Bannon a volé la vedette à Marine Le Pen au Congrès de Lille, selon le “New York Times”

News



Si le premier quotidien américain s'est déplacé au congrès du Front national, ce n'était sûrement pas pour les beaux yeux de Marine Le Pen. Au contraire, Le New York Times s'est focalisé sur le discours tenu par Steve Bannon, éphémère conseiller du président des Etats Unis, Donald Trump.

Soulignant d'emblée les places restées vacantes dans la salle, le quotidien américain estime que Steve Banon a volé la vedette à la présidente du parti déboussolé de Marine Le Pen. “Il était une surprise, un invité de dernière minute, et son discours violent, prononcé en anglais, avec une traductrice parfois chancelante, a réussi à voler la vedette à Madame Le Pen”, note le quotidien.

Un discours très offensif selon le quotidien américain

Laissez-les vous traiter de racistes de xénophobes (...) portez-le comme un badge d'honneur”, c'est un des passages qui a retenu l'attention du correspondant sur place. Cet extrait prend une dimension encore plus éloquente quand on garde à l'esprit le passé particulièrement trouble de Bannon.

Il faut rappeler que Steve Bannon, plus conservateur que Donald Trump sur les questions sociétales, a été évincé de l'entourage du Président américain à cause de ses prises de positions très controversées. Lors de la manifestation “Unite the Right” de Charlottesville – voir le portrait de son porte-parole –, ll est considéré comme celui qui a influencé la déclaration de Trump quand celui-ci a condamné la violence “de tous les côtés, de nombreux côtés”.

Le New York Times n'a pas manqué à préciser la situation paradoxale dans laquelle se trouvait Steve Banon. “M. Bannon a fait de son mieux pour masquer son expulsion de la Maison Blanche, flattant M. Trump comme ‘le plus grand candidat de l'histoire américaine’, se référant à lui plusieurs reprises”, explique le quotidien.

Un parti très fragilisé

Même outre-Atlantique, l'agonie du parti Le Pen ne fait pas de doute. Le NYT recense les différents symptômes dont souffre le FN. Un parti hanté par l'ombre de son fondateur Jean-Marie Le Pen, un groupe parlementaire inaudible à l'Assemblée nationale, une présidente de moins en moins crédible même au sein de son propre mouvement, sont parmi les obstacles soulignés par le quotidien américain. Une situation qui contraste avec le discours de Marine Le Pen, qui ne cesse de clamer le “renouveau”.



Source : https://www.lesinrocks.com/2018/03/12/actualite/steve-bannon-vole-la-vedette-marine-le-pen-au-congres-de-lille-selon-le-new-york-times-111057752/
Auteur :
Date de parution : 12 March 2018 | 3:07 pm