Édouard Philippe confirme la création d'un parquet national antiterroriste

Édouard Philippe confirme la création d'un parquet national antiterroriste

News



Édouard Philippe passe une partie de la matinée à Levallois-Perret (Hauts-de-Seine) dans les locaux de la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI). Objectif : présenter un nouveau plan d'action contre le terrorisme, qui se veut le pendant d'un volet anti-radicalisation détaillé en février dernier. Accompagné notamment du ministre de l'Intérieur Gérard Collomb, le Premier ministre a détaillé les 32 mesures de ce plan.


Parmi ces annonces, Édouard Philippe a confirmé la création d'un parquet national antiterroriste, en dépit des critiques de nombreux magistrats. La lutte antiterroriste était jusque-là confiée à une section du parquet de Paris. Mais "nous considérons ensemble qu'il est désormais nécessaire de permettre à un procureur de se consacrer à temps plein à la lutte antiterroriste", a-t-il déclaré.

Le Premier ministre a aussi annoncé la création d'une "cellule spécifique" afin de suivre, à leur sortie de prison, les détenus terroristes ou radicalisés. Cette cellule sera placée au sein de l'Unité de coordination de la lutte antiterroriste (UCLAT) et associera le renseignement pénitentiaire, a précisé le Premier ministre. Une source élyséenne avait estimé en mai que, d'ici fin 2019, 10% des condamnés pour terrorisme et près d'un tiers des détenus de droit commun radicalisés sortiraient de détention, soit environ 450 personnes.


Troisième plan antiterroriste en quatre ans


Également au menu : la création d'une cellule de profilage des auteurs d'attentats et d'identification des facteurs de passage à l'acte. Édouard Philippe doit aussi consacrer la DGSI dans son rôle de "pilotage" de la lutte antiterroriste : elle assurera désormais la "coordination opérationnelle" du renseignement, des investigations judiciaires mais aussi des stratégies de coopération nationale et internationale en matière antiterroriste.

Ce nouveau plan antiterroriste constitue le troisième exercice du genre de la période récente, après le plan de lutte antiterroriste (PLAT) du 29 avril 2014 et le plan d'action contre la radicalisation et le terrorisme (PART) du 9 mai 2016, sous le quinquennat Hollande. Depuis son arrivée au pouvoir il y a un peu plus d'un an, le nouvel exécutif a renforcé à son tour l'arsenal antiterroriste, avec notamment la loi controversée renforçant la sécurité intérieure et la lutte contre le terrorisme (SILT) promulguée à l'automne 2017.

Dans un rapport rendu public mardi 10 juillet, une commission d'enquête du Sénat a crédité les pouvoirs publics d'avoir renforcé la politique de lutte contre la menace terroriste, mais en s'inquiétant "de réelles insuffisances". Emmanuel Macron dans son discours devant le Congrès lundi 9 juillet, a de son côté, estimé que la lutte contre le terrorisme était le "travail d'une génération" à poursuivre "sans fébrilité et sans relâche".


La rédaction vous recommande




Source : https://www.rtl.fr/actu/politique/edouard-philippe-presente-un-nouveau-plan-de-lutte-contre-le-terrorisme-7794103867
Auteur : Martin Planques,AFP
Date de parution : 13 July 2018 | 8:43 am